logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

15/09/2010

MUSEE DE LA SOIE

Le Musée de la Soie à Saint-Hippolyte-du-Fort, dans le Gard, a ouvert ses portes en 1986, mais, dans les Cévennes, la dernière filature a disparu en 1968... La tradition de la sériciculture (élevage de vers à soie) remonte au XIIIème siècle et l'âge d'or de ces manufactures se situe au milieu du XIXème siècle, époque où la production utilisera 26.000 tonnes de cocons !

2010.06.10 (4).JPG

Puis, arrivera le déclin, avec une maladie, la "prébine" qui décimera les élevages, l'ouverture du canal de Suez, en 1869, qui permettra l'importation de soies en provenance d'Asie, l'invention des fibres synthétiques (rayonne, nylon) dans les années 1920...

2010.06.10 (2).JPG

Il existait, pourtant, de nombreuses magnaneries dans la région. Une magnanerie, c'est le local dans lequel est élevé le "magnan" (de l'occitan : manhan = manger), le nom donné par les éleveurs au ver à soie. Pour certains éleveurs cévenols, trop pauvres, ce local faisait souvent partie de l'habitation.

2010.06.10 (5).JPG
Le ver à soie se nourrit exclusivement de feuilles de mûrier, arbre que l'on retrouve encore ici et là, au bord des routes et chemins, dans la région cévenole.
Un gramme d'oeufs de vers à soie produit 2,5 à 3 kg de cocons et c'est le cocon, cette enveloppe douce et filamenteuse que filent les nymphes pour y achever leur métamorphose, qui sert à fabriquer la soie.
Entre l'éclosion du ver et la fabrication du cocon, il s'écoule une quarantaine de jours.
Pour nourrir 1 kilogramme de cocons, il faudra de 20 à 25 kg de feuilles de mûriers !
2010.06.10 (29).JPG
Dans ce musée de Saint-Hippolyte, toute l'histoire de la soie, depuis l'origine de la sériciculture jusqu'à la fabrication industrielle, est expliquée par des panneaux d'informations et la remise d'un guide, fascicule de quelques pages permettant au visiteur de se guider seul parmi les salles d'exposition. Mais, des visites guidées sont également organisées, ainsi que des "ateliers" pour les scolaires, qui offrent aux enfants la possibilité de connaître les gestes de base du tissage de la soie, par exemple.
[ à suivre ]
*****

10:45 Publié dans LANGUEDOC | Lien permanent | Commentaires (5) | | | | | Pin it!

Commentaires

je croise trois vieux muriers chaque matin au bord du canal...
tiens, nous allons remettre les canuts à notre programme de cette année
bonne journé

Écrit par : henri | 15/09/2010

problème: je n'arrive pas à faire passer un CT... je récidive:
je croise 3 vieux muriers chaque matin au bord du canal; bien que fortement endommagés par la dernière tempête, ils se sont refait une santé... nous allons de nouveau chanter les canuts cette année
et voilà, j'ai simplifié pour voir si cette fois ça passe!
bonne journée

Écrit par : henri | 15/09/2010

Une note très intéressante ... J'aurais bien visité avec les élèves car je suis curieuse du pourquoi et du comment... J'ai des foulards et des cravates en soie dans mes tiroirs... C'est doux, c'est beau... Bises de miche

Écrit par : miche | 15/09/2010

très interessant (comme la vidéo africaine ),j'ai lu à l'école quand j'étais petite que lorsqu'un acheteur d'oeufs de vers à soie n'était pas correct, le marchand lui mettait un poids bien supérieur d'oeufs et quand tout était éclos, il n'y avait pas assez de feuilles pour nourrir tout ça et les vers crevaient faute de murier ou de gens pour aller cueillir
bonsoir et merci de ton passage

Écrit par : josette | 15/09/2010

Un ami m'a conseillé votre article attendu que il est vraiment complet sur le sujet ! Merci pour vos conseils

Écrit par : tendinite | 04/04/2014

Les commentaires sont fermés.