logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

28/11/2012

BIJOU, CAILLOU, CHOU...

LE REGRET DES JOUJOUX 

Toujours je garde en moi la tristesse profonde
Qu'y grava l'amitié d'une adorable enfant,
Pour qui la mort sonna le fatal olifant,
Parce qu'elle était belle et gracieuse et blonde.

Or, depuis je me sens muré contre le monde,
Tel un prince du Nord que son Kremlin défend,
Et, navré du regret dont je suis étouffant,
L'Amour comme à sept ans ne verse plus son onde.

Où donc a fui le jour des joujoux enfantins,
Lorsque Lucile et moi nous jouions aux pantins
Et courions tous les deux dans nos robes fripées ?

La petite est montée au fond des cieux latents,
Et j'ai perdu l'orgueil d'habiller ses poupées...
Ah ! de franchir si tôt le portail des vingt ans !

*

(Emile NELLIGAN (1879 – 1941) – Recueil : Motifs poétiques)

***

Bonne journée à tous !

Jeu.gif

*****

07:00 Publié dans Poésie, Littérature | Lien permanent | Commentaires (2) | | | | | Pin it!

Commentaires

coucou Chap

Très beau et triste poème
C'est vrai nous gardons plus ou moins le souvenir et le regret de nos joujoux d'enfants, j'en ai gardé quelques uns
Je me souviens aussi d'une chanson triste que me chantait ma maman il était question d'une mère et sa petite fille que la maman emmenait jouer au square et en route elles rencontrent un marchand de ballons rouges, la petite en choisit un et le lâche aussitôt, elle se fait gronder par sa mère et je me souviens de quelques paroles qui me sont restées :

" Oh ne gronde pas, petite mère chérie
Je l'ai fait exprès, j'ai choisi le plus beau
Regarde il s'envole vers ma soeur chérie
Ma toute petite soeur qu'est dans le ciel là-haut

Evidemment cette chanson me faisait pleurer

Bonne soirée
Bisous

Écrit par : f.jegou | 28/11/2012

Eh, Chap ! que t'arrive-t-il ? Quel triste poème. Très beau cependant.
Bises.

Écrit par : pimprenelle | 29/11/2012

Les commentaires sont fermés.