logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

15/12/2017

SISTERON ET PAUL ARÈNE

2017.07.24  Sisteron, vue sur la Durance.jpg

Dame Nicole m'a confié quelques photos de ses dernières vacances et parmi celles-ci, plusieurs vues de Sisteron (Alpes de Haute-Provence).

Ainsi ce panorama sur la petite ville (7.300 habitants environ) et la Durance...

2017.07.24  Sisteron, au pied de la Citadelle.jpg

 Sisteron, dominée par sa citadelle (fin 16e - début 17e siècle).

2017.07.24  Sisteron dominée par sa Citadelle.JPG

Elle fut construite alors que les guerres de religion opposaient protestants et catholiques... 

2017.07.24 Sisteron, le rocher de la Baume.jpg

Le rocher de la Baume et le pont du même nom. 

2017.07.24  Stèle à Sisteron.jpg

J'ai voulu en savoir plus sur Paul Arène, dont le nom figure sur cette stèle érigée quelque part dans la ville et qui porte une citation en l'honneur du site : "Mais enfin toi qui as beaucoup voyagé, connais-tu un pays plus beau que celui-ci ?"

Sisteron, Horloge et Paul Arène.jpg

 Un autre monument, cette fois-ci dédié à la mémoire du poète, a été édifié par la ville. [ Photo : Wikipedia ]

Paul Arène est né le 26 juin 1843, à Sisteron et est décédé à Antibes en 1896. Écrivain pratiquement inconnu, il a notamment travaillé en collaboration avec Alphonse Daudet sur des oeuvres célèbres. Inspiré par sa ville natale, nommé majoral du Félibrige en 1884, il a écrit des nouvelles et des poèmes en provençal. (...) Paul Arène faisait énormément de séjours dans sa ville natale qu'il appréciait pour "le mistral qui rend les chemins durs comme marbre, le ciel lisse comme un miroir". Il est décédé à Antibes, retrouvé en train d'écrire son dernier conte Le songe des îles d'or. Décédé le 17 décembre 1896 à Antibes, Paul Arène est enterré à Sisteron.

[ Source : Notre Provence ]

Paul Arène.jpg

[ Photo : Wikipédia ]

♣♣♣

Voici l'un de ses poèmes (en français...) :

 

Sur un Éventail

 

Si les ondines et les fées
Maintenant ainsi qu'autrefois
Sur une coquille de noix
Naviguaient, de corail coiffées,

Et si j'étais, - car nous aimons
Suivre parfois d'étranges rêves, -
Un des minuscules démons
Rois de la mer bleue et des grèves,

Je ne voudrais d'autre travail
Que d'agiter cet éventail
Pour faire une brise légère

Qui pousserait tout doucement
Le bateau vers un port charmant
Et vous seriez la passagère.
*
(Pour Jeanne Charcot)

***

 Paul ARÈNE (1843-1896)

***

Bonne journée à tous !

*****

Commentaires

Encore une belle région avec souvent du ciel bleu !

Bonne journée.

Écrit par : judith | 15/12/2017

Merci pour ces belles photos
Je ne suis pas très présente sur le blog mais ...ça va revenir !!

Écrit par : Nicole La Berrichonne | 15/12/2017

Une ville que l'on traverse lorsque l'on va dans le Sud vu que l'on évite les autoroutes. C'est vrai qu'elle est belle cette ville, Chapiou. Je n'ai jamais vu ces pierres avec l’inscription. Jolie la poésie de ce poète inconnu. Bizoux Doubs du soir !

Écrit par : Françoise la comtoise | 15/12/2017

Les commentaires sont fermés.