logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

11/08/2012

UN MONDE MERVEILLEUX

Monde merveilleux (1).gif

Nous vivons dans un monde qui tourne rond.

Un monde merveilleux...

Des preuves ?

Regard d'enfant.jpg

 Le regard d'un enfant

Monde merveilleux (1).jpg

Le vol des oiseaux-mouches

Monde merveilleux (5).jpg

La Terre, Jupiter et Vénus, vues depuis Mars

[ par le robot américain "Curiosity" ]

Monde merveilleux (7).jpg

Une montagne volante au-dessus de Seattle

Monde merveilleux (2).jpg

Une rencontre improbable entre ce serpent et cette libellule

Monde merveilleux (6).jpg

On cache ce qui est laid

[ un relais de télécommunications dissimulé sous un faux cactus, en Arizona ]

Monde merveilleux (4).jpg

Bon, je vous laisse, je vais prendre mon bain !

*****

12:15 Publié dans Divers, Philo | Lien permanent | Commentaires (1) | | | | | Pin it!

25/02/2012

A PROPOS DU FOOT...

 
Jouer au football.png
*
*
Les anglais ont inventé le football, les français l'ont organisé, les italiens le mettent en scène.
[ Serge Uzzan ]
*
Le football est la femme du célibataire... mais surtout la maitresse de l'homme marié ! 
[ Anonyme ]
 Le football. Etrange ballet tissé par les obscurs désirs du sexe masculin.
[ Pierre-Louis Rey ]
*
Football : Opium de l’électeur. On se shoote comme on peut.
[ Jacques Mailhot ]
*
Au football seul le ballon n’est pas payé, c’est pourtant lui qui se prend le plus de coups.
[ Vincent Roca ]
*
L’arbitre de football aimait tellement sa profession que chaque fois que sa femme le trompait, il lui montrait un carton jaune... 
[ Roger Pierre ]
*
 Bon nombre d’amateurs de football ne devraient payer que demi-tarif lorsqu’ils vont au stade. Durant tout le match, ils ne voient jouer que leur équipe.
[ Anonyme ]
*
 Il y a toujours quelque chose à retenir d'un médiocre match de football : une talonnade, un tir... On lit un livre raté avec la conviction que le suivant sera meilleur.
[ Bernard Pivot ]
 *****

17:40 Publié dans Philo | Lien permanent | Commentaires (0) | | | | | Pin it!

20/02/2012

AUTOUR DU CHIEN...

Le chien a son sourire dans sa queue.
( Victor Hugo)
*
Un chien reconnaissant vaut mieux qu'un homme ingrat.
( Proverbe arabe )
*
Pour son chien, tout homme est Napoléon.
C'est ce qui explique la grande popularité des chiens.
( Aldous Huxley )
*
the-dar-2.jpg
[ Nul n'est besoin de paroles... ]
*
*
Qui m'aime, aime mon chien.
( Henri IV )
*
Ce qu'il y a de meilleur dans l'homme, c'est le chien.
( Alexandre Vialatte )
*
La reconnaissance est une maladie du chien
non transmissible à l'homme.
( Antoine Bernheim )
***
Bonne journée à tous !
*****

07:00 Publié dans Philo | Lien permanent | Commentaires (3) | | | | | Pin it!

17/01/2012

VIEILLIR selon Bernard PIVOT...

Une petite réflexion sur le temps qui passe...

VIEILLIR

Selon Bernard Pivot

Extrait de son livre paru en avril  2011 : Les mots de ma vie

Bernard Pivot.jpg

 


Vieillir, c’est chiant. J’aurais pu dire : vieillir, c’est désolant, c’est insupportable, c’est douloureux, c’est horrible, c’est déprimant, c’est mortel. Mais j’ai préféré « chiant » parce que c’est  un adjectif vigoureux qui ne fait pas triste.


Vieillir, c’est chiant parce qu’on ne sait pas quand ça a commencé et l’on sait encore moins quand ça finira. Non, ce n’est pas vrai qu’on vieillit dès notre naissance. On a été longtemps si frais, si jeune, si appétissant. On était bien dans sa peau. On se sentait conquérant. Invulnérable. La vie devant soi. Même à cinquante ans, c’était encore très bien. Même à soixante. Si, si, je vous assure, j’étais encore plein de muscles, de projets, de désirs, de flamme. Je le suis toujours, mais voilà, entre-temps – mais quand – j’ai vu le regard des jeunes, des hommes et des femmes dans la force de l’âge qu’ils ne me considéraient plus comme un des leurs, même apparenté, même à la marge. J’ai lu dans leurs yeux qu’ils n’auraient plus jamais d’indulgence à mon égard. Qu’ils seraient polis, déférents, louangeurs, mais impitoyables. Sans m’en rendre compte, j’étais entré dans l’apartheid de l’âge.

Le plus terrible est venu des dédicaces des écrivains, surtout des débutants. « Avec respect », « En hommage respectueux », Avec mes sentiments très respectueux ». Les salauds!  Ils croyaient probablement me faire plaisir en décapuchonnant leur stylo plein de respect ? Les cons ! Et du « cher Monsieur Pivot » long et solennel comme une citation à l’ordre des Arts et Lettres qui vous fiche dix ans de plus!

Un jour, dans le métro, c’était la  première fois, une jeune fille s’est levée pour me donner sa place. J’ai failli la gifler.  Puis la priant de se rasseoir, je lui ai demandé si je faisais vraiment vieux, si je lui étais apparu fatigué. « Non, non, pas du tout, a-t-elle répondu, embarrassée. J’ai pensé que… » Moi aussitôt : «Vous pensiez que…? -- Je pensais, je ne sais pas, je ne sais plus, que ça vous ferait plaisir de vous asseoir. – Parce que j’ai les cheveux blancs ? – Non, c’est pas ça, je vous ai vu debout et comme vous êtes plus âgé que moi, ç’a été un réflexe, je me suis levée…-- Je parais beaucoup, beaucoup plus âgé que vous  ? –Non, oui, enfin un peu, mais ce n’est pas une question d’âge… --Une question de quoi, alors ? – Je ne sais pas, une question de politesse, enfin je crois…» J’ai arrêté de la taquiner, je l’ai remerciée de son geste généreux et l’ai accompagnée à la station où elle descendait pour lui offrir un verre.

Lutter contre le vieillissement c’est, dans la mesure du possible, ne renoncer à rien. Ni au travail, ni aux voyages, ni aux spectacles, ni aux livres, ni à la gourmandise, ni à l’amour, ni à la sexualité, ni au rêve. Rêver, c’est se souvenir tant qu’à faire, des heures exquises. C’est penser aux jolis rendez-vous qui nous attendent. C’est laisser son esprit vagabonder entre le désir et l’utopie. La musique est un puissant excitant du rêve. La musique est une drogue douce. J’aimerais mourir, rêveur, dans un fauteuil en écoutant soit l’adagio du Concerto no 23 en la majeur de Mozart, soit, du même, l’andante de son Concerto no 21 en ut majeur, musiques au bout desquelles se révéleront à mes yeux pas même étonnés les paysages sublimes de l’au-delà.

Mais Mozart et moi ne sommes pas pressés. Nous allons prendre notre temps.  Avec l’âge le temps passe, soit trop vite, soit trop lentement. Nous ignorons à combien se monte encore notre capital. En années ? En mois ? En jours ? Non, il ne faut pas considérer le temps qui nous reste comme un capital. Mais comme un usufruit dont, tant que nous en sommes capables, il faut jouir sans modération. Après nous, le déluge ? Non, Mozart.

<<<<< * >>>>>

13:50 Publié dans Philo, Poésie, Littérature | Lien permanent | Commentaires (6) | | | | | Pin it!

02/01/2012

FAUT ETRE... MARTEAU !

 Ne vous adonnez pas à ce genre d'exercice sans... un certain entraînement !

(Le clip est en langue allemande, mais nul n'est besoin de connaître la langue de Goethe pour comprendre)

 

Un marteau n'a pas de raison d'être s'il n'existait des clous pour qu'il les martèle.

[ Paulo COELHO ]

***

Bonne journée à tous !

*****

07:00 Publié dans Clin d'oeil, Philo | Lien permanent | Commentaires (4) | | | | | Pin it!

12/12/2011

CALENDRIER DE L'AVENT

 Un calendrier de l'avent qui vous apporte plein de bonnes choses...

...pour l'esprit ! 

Avent.jpg
Effeuillez-le vite en cliquant sur le lien ci-dessous pour ouvrir le diaporama
(Power Point automatisé et sonorisé) :

Calendrier de l'Avent.ppsCC.pps

<><><><><><>

Bonne journée à tous !

<><><><><><>

07:00 Publié dans Humeur du jour, Philo | Lien permanent | Commentaires (3) | | | | | Pin it!

01/12/2011

LA VIEILLESSE

Réflexions sur la vieillesse... 

Image2.jpg
Cliquez sur le lien ci-dessous pour ouvrir le fichier
(Diaporama Power Point sonorisé, non automatisé) :

Moments of reason.pps

11:30 Publié dans Philo | Lien permanent | Commentaires (0) | | | | | Pin it!

19/11/2011

JE N'AI PAS LE TEMPS !

(Un fichier qu'un ami a dû me faire parvenir, en son temps, et dont je n'ai jamais posté le contenu sur le blog...)

*

*

JE N'AI PASLE TEMPS et... le risque c'est de faire comme les passagers 
du métro ! L'expérience est, hélas, bien révélatrice du conformisme sociétal

dans lequel on entend nous faire vivre en Occident.

VIGILANCE est le mot-clé.

 

Sujet de réflexion :


 
Le musicien de rue était debout dans l'entrée de la station « Enfant  Plaza » du métro de Washington DC. Il a commencé à jouer du violon. C'était un matin froid, en janvier dernier (*). 
Il a joué durant quarante-cinq minutes. Pour commencer, la chaconne de la 2ème partita de Bach, puis l'Ave Maria de Schubert, du Manuel Ponce, du Massenet et, à nouveau, du Bach. 


A cette heure de pointe, vers 8h du matin, quelque mille personnes ont traversé ce couloir, pour la plupart en route vers leur travail. Après trois minutes, un homme d'âge mûr a remarqué qu'un musicien jouait. Il a ralenti son pas, s'est arrêté quelques secondes puis a démarré en accélérant. Une minute plus tard, le violoniste a reçu son premier dollar : en continuant droit devant, une femme lui a jeté l'argent dans son petit pot. Peu après, un quidam s'est appuyé sur le mur d'en face pour l'écouter mais il a regardé sa montre et a recommencé à marcher. Il était clairement en retard. 


Celui qui a marqué le plus d'attention fut un petit garçon qui devait avoir trois ans. Sa mère l'a tiré, pressé mais l'enfant s'est arrêté pour regarder le violoniste. Finalement sa mère l'a secoué et agrippé brutalement afin que l'enfant reprenne le pas. Toutefois, en marchant, il a gardé sa tête tournée vers le musicien. Cette scène s'est répétée plusieurs fois avec d'autres enfants. Et les parents, sans exception, les ont forcés à bouger. 

 

Durant les trois quarts d'heure de jeu du musicien, seules sept personnes se sont vraiment arrêtées pour l'écouter un temps. Une vingtaine environ lui a donné de l'argent tout en continuant leur marche. Il a récolté 32 dollars.

 
Personne ne l'a remarqué quand il a eu fini de jouer. Personne n'a applaudi.

 

Sur plus de mille passants, seule une personne l'a reconnu. Ce violoniste était Joshua Bell, actuellement un des meilleurs musiciens de la planète.

 

Joshua Bell.jpg

 

Il a joué dans ce hall les partitions les plus difficiles jamais écrites, avec un Stradivarius valant 3,5 millions de dollars. Deux jours avant de jouer dans le métro, sa prestation au théâtre de Boston était « sold out » avec des prix avoisinant les 100 dollars la place. 

C'est une histoire vraie. L'expérience a été organisée par le « Washington Post » dans le cadre d'une enquête sur la perception, les goûts et les priorités d'action des gens. Les questions étaient : dans un environnement commun, à une heure inappropriée, pouvons-nous percevoir la beauté ? Nous arrêtons-nous pour l'apprécier ? Reconnaissons-nous le talent dans un contexte inattendu ?

 

Image du Blog alinette35.centerblog.net

[ Source : alinette35.centerblog.net sur centerblog. ]

* 

 Une des possibles conclusions de cette expérience pourrait être : si nous n'avons pas le temps pour nous arrêter et écouter un des meilleurs musiciens au monde jouant quelques-unes des plus belles partitions jamais composées, à côté de combien d'autres choses passons-nous ?

*

(*) : Janvier 2007.

 

*

***

Bonne journée à tous !

*****

07:00 Publié dans Philo | Lien permanent | Commentaires (8) | | | | | Pin it!

13/11/2011

63 - IMPOTS ET TAXES

TVA.jpg
Il n'y a vraiment qu'un seul bien que l'Etat ne taxe pas, c'est la richesse intérieure. 
[ Françoise Dorin ]
*
Les hommes célibataires devraient être plus lourdement taxés que les hommes mariés. Ce n'est pas juste que des hommes soient plus heureux que d'autres. »
[ Oscar Wilde ]
*
 Les impôts indirects sont des impôts hypocrites.
[ Alphonse Karr ]
*
Il y a deux choses inadmissibles sur la terre : la mort - et les impôts. Mais j'aurais dû citer en premier les impôts.
[ Sacha Guitry ]
*
Un millionnaire est un milliardaire qui vient de payer ses impôts.
[ Jean Rigaux ]
***
Bon dimanche à tous !
*****

07:00 Publié dans Humeur du jour, Philo | Lien permanent | Commentaires (5) | | | | | Pin it!

21/09/2011

LA VIE... A L'ENVERS

MA PROCHAINE VIE, par WOODY ALLEN

Woody ALLEN.jpg

 

On devrait vivre la vie à l'envers.

 

Tu commences par mourir.

Ça élimine ce traumatisme

qui nous suit toute la vie.

Après, tu te réveilles

dans une maison de retraite,

en allant mieux de jour en jour.

Alors, on te met dehors

sous prétexte de bonne santé

et tu commences par toucher ta retraite.

Ensuite, pour ton premier jour de travail,

on te fait cadeau d'une montre en or

et tu as un beau salaire.

Tu travailles quarante ans

jusqu'à ce que tu sois suffisamment jeune

pour profiter de la fin de ta vie active.

Tu vas de fête en fête,

tu bois,

tu vis plein d'histoires d'amour !

Tu n'as pas de problèmes graves.

Tu te prépares

à faire des études universitaires.

Puis, c'est le collège.

Tu t'éclates avec tes copains,

sans affronter les obligations,

jusqu'à devenir bébé.

Les neuf derniers mois,

tu les passes flottant tranquille,

avec chauffage central, room service , etc...

Et, à la finale,

tu quittes ce monde dans un orgasme !

***

Bonne journée à tous !

*****

07:00 Publié dans Clin d'oeil, Philo | Lien permanent | Commentaires (1) | | | | | Pin it!